Des réserves en énergie fossile qui s’amenuisent de plus en plus, des sources d’eau douce qui se raréfient, des gisements métalliques qui s’épuisent, des sols fertiles qui disparaissent. Un questionnement, collectif, sociétal, international revient de manière lancinante depuis plusieurs années : existe-t-il vraiment un risque d’épuisement imminent des ressources de notre planète ? Vivons-nous à crédit sur nos ressources, oubliant au passage les générations futures ?

Source : Nos ressources minérales sont-elles vraiment limitées? | CNRS Le journal

J’aime bien ce genre d’article et de réflexion ! Autant j’aime bien l’idée de préserver l’environnement, ne pas scier la branche sur laquelle on est assise, d’éviter de donner un monde invivable aux générations futures. Autant je n’aime pas du tout les effets de mode qui imposent un QI proche de zéro sur un sujet donné. Quand tout le monde dit c’est bien et qu’on se sent obligé de dire pareil (plus ou moins consciemment) et donc tout bonnement abandonner l’idée d’une réflexion constructive.

Concernant l’écologie combien de personnes prennent aujourd’hui la peine de réfléchir à ce qu’ils entendent ? De savoir de quoi ils parlent etc ? Quelles sont les conséquences de ce qu’ils préconisent ? Pas sur qu’ils soient si nombreux. Par exemple, en ce moment c’est le tout électrique. Bien, sauf qu’aujourd’hui peu de gens pense que les battries actuelles sont un vrai problème et sont extrêmement polluantes. Et j’en passe…

J’ai souvent l’impression qu’il y a juste deux camps et pas beaucoup de réflexion. Juste des réactions émotionnelles et effets de mode. Beurk.

Dans tous les cas ça fait plaisir de voir qu’il y en a quand même qui se posent des questions avec le CNRS et sans doute d’autres groupes / organismes (enfin j’espère).

More